Confort - Economies d'énergie

Améliorer l'insonorisation de sa maison ou de son appartement

Pour avoir une bonne insonorisation, l’idéal est de réfléchir avant la construction aux pièces à isoler en priorité. Cela permet d’introduire l’isolant phonique sans « pont » sonore, avant la pose des revêtements muraux et des plafonds.
Mais dans l'habitat ancien, le manque d’insonorisation est souvent un vrai problème. Il vous faudra donc réaliser certains travaux, pour réduire facilement les bruits parasites qui vous empêchent de bien vivre.

Clara Cardinaud — Architecte

Dernière mise à jour le 28/07/2021 • Crédit Photo: Signature Murale

Pour améliorer l'insonorisation, cherchez d'abord quels sont les bruits parasites.


Pour savoir comment insonoriser sa pièce, il est important dans un premier temps de déterminer la source du bruit qui vous dérange. On distingue 3 types de bruits :

• Les bruits aériens (ou bruits intérieurs qui se déplacent dans l'air) ex: la télévision, la radio, les voix,

• Les bruits d’impacts (ou bruits sourds émis lors d’un contact) ex: des enfants qui courent, des objets qui tombent, des meubles déplacés,

• Les bruits urbains et ruraux (ou bruits extérieurs dont les vibrations se transmettent à travers les murs) ex: un train, un tramway, des voitures sur une route passante.
 
Ces trois types de bruits sont très différents et peuvent être gênants dans votre salon ou dans les chambres. En fonction de l'origine du bruit, il faudra déterminer sur quelles surfaces réaliser l'insonorisation de la maison, et quels matériaux choisir.

Choisir des matériaux flexibles et poreux pour une bonne insonorisation


Le principe d'insonorisation est similaire pour tous les bruits : on arrête les vibrations grâce à des matériaux isolants phoniquement, qui empêcheront les sons de sortir ou d'entrer.
Il faut donc opter pour des matériaux flexibles et poreux.
De manière générale, tous les revêtements en fibres naturelles étouffent les bruits et réduisent les échos (le bois, la terre…).

Les isolants thermiques et phoniques se divisent en deux catégories :

• les matériaux synthétiques : comme le polystyrène expansé, la laine de verre, la laine de roche, le polyuréthane. 
• les matériaux biosourcés : le liège, le chanvre, la fibre de bois, le lin, la cellulose.

Plus respecteux de l'environnement, les isolants d'origine naturelle sont aussi moins chers dans la plupart des cas, pour une performance équivalente. Alors ne vous en privez pas !
 

Définir les différents éléments à isoler pour améliorer l'insonorisation


On débute généralement une insonorisation de maison par l’isolation de la porte. On aura tendance à privilégier des portes d’entrée avec coupe froid et qui calfeutrent bien le chambranle.

Pour les portes intérieures, on évitera les portes à âme creuse, qui sont souvent installées par défaut. On privilégiera les portes pleines ou insonorisées. On pourra de plus installer un seuil de porte tombant, qui permet de fermer le joint entre la porte intérieure et le sol. Il se fixe sur le bas de l’huis. 
 
Pour les gênes provenant de l’extérieur, il faudra isoler les fenêtres. Elles sont souvent le principal problème d'insonorisation d'appartement. 
Notons que le vitrage de votre fenêtre peut être un excellent isolant thermique et phonique. C’est pourquoi le triple ou le double vitrage sont à préconiser.

De plus, pensez à fermer vos volets. Ils vous couperont des bruits extérieurs et isoleront la maison thermiquement. Des volets en bois stopperont mieux les bruits que des volets en métal.
Des rideaux épais vous permettront également d’absorber les échos.
 
Ensuite, vous pourrez poursuivre l’isolation par le plafond ou le sol, en fonction de l'origine des nuisances.
Une bonne insonorisation se fait en insérant de l’isolant entre les solives du plancher supérieur et le plafond. Cette technique de rénovation est couteuse, mais très efficace.
Les pièces concernées ne seront pas praticables le temps des travaux, prévoir des solutions pour les meubles et l'hébergement.
D’autres solutions moins couteuses s’offrent à vous. Dans un premier temps, l’installation de tuiles acoustiques est une bonne alternantive. Elles seront soit agrafées, soit suspendues à votre plafond actuel.

Dans le cas du plafond suspendu, vos luminaires incrustés dans votre plafond deviendront obsolètes. Il faudra donc prévoir la réinstallation de vos anciens luminaires sur votre nouveau faux plafond ou la pose de nouveaux luminaires.
 
Si vous souhaitez insonoriser votre appartement par le sol, vous pouvez introduire une moquette épaisse entre votre plancher et votre nouveau revêtement. Il existe des moquettes spéciales insonorisation qui se présentent sous différentes formes (ex: dalle d'insonorisation spécifique au carrelage). Ensuite votre nouveau revêtement (parquet, carrelage) pourra être installé.
N’oubliez pas que l’usage de tapis permet de réduire facilement certains chocs et donc aussi les bruits.
 
Enfin, c'est l’insonorisation de vos murs qui sera la moins simple. En effet, les boitiers de prises et interrupteurs seront à ajuster en fonction des revêtements posés sur les murs. De plus, vous perdrez un peu d’espace.
Comme les électriciens laissent rarement plus de fil que nécessaire, déplacer les boitiers peut vite devenir problématique.
Si vous optez tout de même pour l’insonorisation de vos murs, différentes solutions s’offrent à vous :

• faire installer des barres résilientes sur le revêtement existant.
• supprimer le revêtement de votre mur, isoler par l’intérieur et remettre un revêtement. Cette solution est plus couteuse mais aussi plus efficace.

Si l'isolation des murs s'avère impossible dans votre environnement, et que vous êtes en maison, vous pourrez toujours opter pour une ITE (isolation thermique par l'extérieur).

Enfin, il est important d’isoler les conduits. Ils transmettent souvent différentes vibrations entre les étages. N’hésitez pas à faire installer de l’isolant et soyez vigilants aux jonctions parfois mal réalisées. 
A l'occasion d'une rénovation, pensez aux canalisations en PVC. Elles transportent beaucoup moins les bruits que les tubes en métal.
 

Faire appel à un acousticien pour une insonorisation optimale


Dans les cas de rénovations majeures ou de bruits parasites conséquents, nous vous conseillons de faire appel à un acousticien. Ce professionnel, spécialiste dans la propagation du son, est là pour établir un diagnostic de la nature des bruits parasites.
Il pourra vous proposer différentes solutions sur mesure, en fonction de vos attentes. Et également participer à la définition du projet (choix des matériaux principalement).

Pour la réalisation du chantier, préférez un professionnel agréé RGE :  ses compétences ont été validées, et son label est requis en cas de demandes d'aides de l'état.

Enfin, sachez votre architecte ou votre architecte d'intérieur travaillent régulièrement avec des acousticiens par le biais des bureaux d’études. N’hésitez pas à leur demander conseil. 

 

Trouver un professionnel
Vous aimerez peut-être...
Architecte d'intérieur - Décorateur

Interieur Lab

Revêtements muraux

Signature Murale

Peintre Décorateur

Séguin Lévy