Potager en ville - Arch and Home
Jardin - Végétal

Mon potager en ville

Manger mieux et autoproduire une partie de son alimentation, c’est possible, et de plus en plus tentant.
Créer un potager en ville sur un balcon de 8 m², adopter des abeilles, élever des poules…  Des centaines de solutions sont apparues récemment pour accompagner vos projets d’agriculteurs urbains. Faisons le point.

Marie Dumont — Paysagiste

Dernière mise à jour le 25/08/2021 • Crédit Photo: TradeWinds

Un potager en ville, adapté à l'espace dont on dispose


Le grand progrès de ces dernières années sur l’autoproduction concerne le gain de place des installations proposées : potagers verticaux, windowfarms, hydroponie vous permettent de faire pousser des herbes, des fruits et des légumes avec un minimum d’espace sur des structures à mettre en place sur vos rebords de fenêtres et vos balcons.
Des systèmes de plus en plus élaborés assurent l’irrigation et l’apport en matière organique de ces mini-cultures.
Vous pouvez en effet installer un système d'arrosage avec un petit programmateur qui se branche sur une simple prise électrique. Et pour l'apport d'engrais, l'idéal est de conserver vos déchets végétaux (épluchures, peaux des fruits, mauvaises herbes arrachées) pour en faire un compost

Malgré l’intérêt de ces solutions, ces structures peuvent présenter des inconvénients. Parfois elles prennent souvent beaucoup de place et selon la taille de votre appartement, peuvent même vous priver de vue ou de lumière directe.
 
Les pots restent la solution la plus simple vis-à-vis de l’entretien et de la mobilité dans un petit espace.
Sachez que de nombreuses plantes comestibles peuvent s’y épanouir. Les aromates, bien sûr, mais également les fraises, la roquette, les épinards et les laitues. Ainsi que les tomates, les haricots nains et les pois, à condition de leur offrir un support adapté. Un trépier formé avec 3 tiges de bambous fera l'affaire (en vente dans toutes les bonnes jardineries).
 
Au jardin, les fruitiers formés en espaliers permettent de gagner un espace considérable, d’habiller vos murs ou de rythmer une allée à conditions de respecter quelques consignes strictes lors de la plantation et de la taille.

Concernant l'apport d'eau, pensez à la poterie d'irrigation : écologique, elle permet de réduire l'arrosage et l'eau gaspillée. La poterie, adaptée à l'irrigation, est enterrée dans le sol au raz de la terre, et se remplit grace à un couvercle amovible.
 
En ce qui concerne l’élevage, la question de l’espace est primordiale puisqu’en dépend le bien-être d’êtres vivants !
Sachez par exemple, que les poules ne peuvent pas être élevées seules et que pour leur survie, elles ont besoin de compagnie.
Epanouie, une poule peut livrer près de 200 œufs et consommer jusqu’à 150 kilos de déchets alimentaires par an.
On trouve désormais des poulaillers et même des ruches au design travaillé et de taille raisonnable conçues tout spécialement pour les néo-éleveurs citadins.
Mais gardez à l'esprit que les animaux seront plus heureux à la campagne. Un potager sera déjà un challenge passionnant !

Un potager en ville, mais sans y passer trop de temps


Ne vous lancez pas dans l’aventure de l’autoproduction sans avoir bien mesuré par avance la dimension chronophage de ce projet. Plaisir pour certains, l’entretien que demande le nettoyage d’un poulailler ou le désherbage d’un potager peut en décourager beaucoup d’autres.
 
Si vous n’êtes pas un accroc du jardinage mais que manger vos propres fruits vous séduit, portez-vous plutôt vers la plantation d’arbres fruitiers qui demandent moins d’entretien.

Les herbes aromatiques sont également un vrai plaisir à cueillir, au moment de la cuisson ou pour égayer vos salades. Il suffit pour cela que les acheter en pied en mars - avril et de les replanter. Un plaisir des yeux et du palais pour un entretien faible. Beaucoup sont des plantes annuelles, donc ne nécessitent aucun entretien hors saison.

Votre potager en ville : bien choisir les plantes


A l’échelle du parc ou du jardin, la problématique va résider davantage dans la gestion de vos stocks.
Établir un calendrier de vos semis et plantations en fruits et légumes tout au long de l’année, selon vos goûts, peut vous permettre de gagner du temps en entretien et de ne cultiver que ce que vous pourrez consommer ou offrir.
 
De la même manière, limitez-vous aux fruits et légumes qui se conservent, dont vous ne vous lasserez pas trop vite et qui sont faciles à cultiver (carottes, mâche, haricots, oignons et petits pois par exemple).
 
Enfin, n’hésitez pas à demander conseil auprès d'un paysagiste qui saura vous aider à intégrer ces espaces productifs à vos lieux de vie tout en les valorisant.

Trouver un professionnel
Vous aimerez peut-être...
Paysagiste

Opus Paysage

Equipement du jardin

Jamet

Paysagiste

Horticulture et Jardins